REFORME STATUTAIRE : Congrés des élus

A+ A-

Débat Public : Présentation de la démarche

Le Président de la Région Guyane, Antoine KARAM et le Président du Conseil Général, Alain TIEN-LIONG ont convié la population guyanaise à la séance inaugurale du débat public sur l’évolution statutaire de la Guyane le mardi 10 février 2009 à 18h30 à l’auditorium de la CCIG – place de l’Esplanade à Cayenne. La population guyanaise a répondu présente à cette séance inaugurale.
En effet, pendant près de trois heures de débat , environ trois cents personnes ont participé à la présentation de la nouvelle démarche "d’évolution statutaire", présentée successivement par les Présidents et les membres de la commission mixte ad’hoc. Il s’agissait surtout d’informer le public sur les orientations prises par les élus lors du congrès du 19/12/08 et d’être à leur écoute à travers les questions pertinentes.

Un document d’information sur la démarche d’évolution statutaire a été réalisé par les deux collectivités ainsi qu’un site internet : http://www.debatstatutaire-guyane.com



Discours du Président de Région.

Un 2ème Congrés : Une nouvelle démarche

Le Département et la Région se sont engagés lors du Congrès du 20 juin 2008 à relancer un processus d’évolution statutaire.


Nous attachons à cette réforme une importance particulière, car nous considérons que la construction administrative et juridique, ainsi que les règles qui régissent la Guyane constituent des freins à notre développement et ne sont pas adaptées aux exigences du progrès économique, social et culturel de notre pays.

Cette réforme doit être l’affaire de tous, car elle a vocation à créer les conditions d’un meilleur développement de la Guyane et du mieux-vivre de la population.

Nous mesurons les craintes du changement, la montée des conservatismes et des intérêts particuliers suscités par ce projet de réforme.

 

La réalité aujourd’hui est que nous sommes de plus en plus nombreux à partager les éléments du diagnostic établis en 1997 par le document des états généraux qui justifient la nécessité du changement statutaire.

Afin que chacun puisse prendre sa part dans cette réflexion, nous avons engagé une méthode permettant aux élus politiques, à la société civile, aux socio professionnels et aux formations politiques d’être consultés sur cet important chantier dans le respect de leurs prérogatives.

La commission mixte ad hoc, composée d’élus du Conseil général et du Conseil régional, installée en juin 2008, est une instance de dialogue et de concertation sur ce projet de réforme et a travaillé pendant 6 mois avec des maires, des groupements de socio professionnels, la société civile, des syndicats et des experts.

 

Le Congrès, qui se tiendra le 19 décembre 2008, à la Mairie de Rémire – Montjoly, examinera le document d’orientation, issu des travaux de la Commission mixte. Ce document d’étape présente des propositions de cadrage statutaire.

Cette étape sera suivie de l’organisation d’un débat public dans les 22 communes de Guyane animée par des délégués au débat public, issus de la société civile, afin d’enregistrer toutes les contributions, à la réflexion sur la question statutaire. Cet apport sera utile aux travaux de la Commission mixte.

 

Les guyanais veulent que leurs institutions soient simplifiées et clarifiées, que les responsabilités et compétences locales soient mieux adaptées aux exigences du développement par les guyanais et pour les guyanais.

Nous devons moderniser notre pays. Nous devons nous y préparer, en apportant des réponses ambitieuses, claires et innovantes.

Nous sommes convaincus que les récents événements ont suscité dans l’opinion une évolution des esprits sur les limites des responsabilités locales.

Chacun à la place que nous occupons, nous devons être au rendez vous de notre histoire et à la hauteur de l’attente de la population.

 

Nous continuerons à œuvrer, grâce à la confiance que vous nous accorderez, pour faire aboutir de façon responsable, l’établissement d’un nouveau projet guyanais d’évolution statutaire en vue de la consultation de la population avant la fin de l’année 2009.

 

Discours d’Antoine KARAM, Président de Région

 

Commentaires des consultants :

- Le Professeur VITALIEN

- Le Professeur CASTAGNEDE

- Le Professeur DELBLOND