Assises Régionales de l’EEDD

A+ A-

 

Assises Régionales de l’Education à l’Environnement et au Développement Durable

Ce mercredi 27 février, la Cité administrative régionale accueillait les 2ème Assises régionales de l’Education à l’Environnement et au Développement Durable (EEDD), organisées par le Groupement Régional d’Animation et d’Initiation à la Nature et à l’Environnement de Guyane (GRAINE). Jocelin Ho-Tin-Noe, 1er Vice-président de la Région, Denis Rolland, recteur de l’Académie et Christophe Mascitti, chef du service Planification Connaissance Evaluation (PCE) de la DEAL, ont coprésidé ces Assises , qui ont rassemblé un large public (éducateurs, animateurs, enseignants, représentants d’association etc.)

De gauche à droite : Christophe Mascitti, Jocelin Ho-Tin-Noe, et Denis Rolland.

A cette occasion, le 1er Vice-président du Conseil Régional, Jocelin Ho-Tin-Noé, a souligné le devoir de la Région de soutenir l’association GRAINE Guyane, en faisant de la politique de l’EEDD un réel enjeu du développement de notre territoire. Il a fait part de sa conviction que la Guyane doit s’appuyer sur la jeunesse, et a ainsi proposé au Recteur de mettre en place de véritables échanges scolaires entre les communes de l’intérieur et du littoral dans le cadre d’un programme d’initiation aux enjeux du développement durable. Il a également rappelé l’organisation par la Région, en partenariat avec le Rectorat et l’association Graine Guyane, d’un concours scolaire sur le thème : « Ma Guyane, Ma nature ».

Après les longs temps d’échanges, rythmés par une table ronde et 4 ateliers de production, les Assises régionales ont abouti à 9 propositions concrètes prioritaires :

  • Valoriser les différentes cultures de la Guyane et les différentes approches à la nature ;
  • Mettre en place une formation « Interculturalité et environnement » ;
  • Inciter les institutions et collectivités à poursuivre les partenariats, en faisant des conventions pluriannuelles afin de pérenniser les actions ;
  • Développer les outils de partage ;
  • Démarcher les réseaux guyanais avec l’adhésion à des objectifs communs ;
  • Structurer la gouvernance par un comité de pilotage ;
  • Favoriser la production et la consommation locale (énergétique, alimentaire, constructions, artisanat…) pour améliorer le développement économique, la réduction des déchets, l’aménagement du territoire ;
  • Préparer le territoire à la forte augmentation de la population (aménagements, transports, déchets…) ;
  • Favoriser les échanges culturels, les représentations et perceptions des diverses populations.